Naviguer sur la Loire, c’est renouveler un voyage unique. (source shutterstock)

La Loire, navigation et croisière

Depuis quelques jours, j’ai quitté notre zone de navigation habituelle avec notre bateau familiale pour aller à la rencontre d »autres propriétaires de bateaux. Lors de ma première soirée à bord, j’ai fait la rencontre de Anne-Laure et Alain P. (Dufour 36) et nous avons parlé de la Loire, celle des châteaux, des promenades à vélo et aussi des escales lors d’un croisière. Ils avaient d’ailleurs trouvé que Nantes n’était pas assez prisée par les plaisanciers. Dans les jours qui suivirent, deux autres rencontres allaient me donner l’envie d’écrire quelques lignes sur la navigation et les visites à faire le long du fleuve sauvage.

La navigation sur la Loire

La navigation sur la Loire ne pose pas de problème particulier. Au départ de Pornichet ou de Pornic sur la façade atlantique ou de Nantes dans le cas d’une navigation fluviale, la Loire maritime mérite à elle seule un programme de navigation d’au moins 3 jours. En effet, il faut passer au minimum une nuit Nantes après 5 heures de navigation et nous vous conseillons l’escale de Cordemais pour profiter pleinement des rives de la Loire lors de la descente.

Naviguer avec les courants.

Naviguer sur ce fleuve signifie jouer avec les courants. Moins fort que dans le golfe du morbihan, il faut compter sur 2 noeuds de courant avec le jusant et 3 pour le flot (courant de marée montante) Selon le coefficient de marée, ce « tapis roulant » pour bateau jouera sur la conduite de votre bateau. Attention toutefois au débit naturel du fleuve car ce dernier est très peu équipé d’ouvrage d’art si bien que son débit varie aussi en fonction des météo passées ou de la fonte des neige. Il est vivement conseillé de naviguer avec les courants pour une navigation économique. Au départ de St Nazaire, le courant de flot s’établit 90 minutes avant la basse mer tandis que le courant de jusant débute avec la pleine mer. Il reste moins puissant et s’établit moins longtemps. Entre le site de raffinage de Donges et le Coueron, restez vigilant sur la route que vous suivez car les courants vous ferons dériver. En dehors de cette zone, le phénomène reste sensible mais moins important.

Cette navigation comporte un avantage certain quand il fait mauvais car ses méandres protègent rapidement de la houle même quand le vent est fort. Faites toutefois attentions aux tempête de WSW – Ouest / Sud Ouest – car la houle d’atlantique est alors dans l’axe de l’embouchure du fleuve.

Naviguer avec des navires de commerce.

Dans le prochain paragraphe nous parlerons du tourisme ligérien mais avant cela il nous faut aborder – sans mauvais jeu de mot – les navires de commerce qui montent et descendent la Loire et qui sont nécessaire à l’activité économique de la région des pays de Loire.

Le port de nantes Saint-Nazaire est un poumon de l’activité économique régionale avec 2 665 escales et 29,9 millions de tonnes en transit en 2017. Depuis la Couronnée – le bateau pilote situé à l’embouchure du fleuve – jusqu’à l’entre dans la ville de nantes, ces navires sont privilégiés dans le chenal car comme le rappelle la régle 9b dur Réglement international pour prévenir les abordages en mer les navires de longueur inférieure à 20m (…) ne doivent pas géner le passage des navires qui ne peuvent navuquer en toute sécurité qu’à l’intérieur de ce chenal(…).

Plus l’on s’approche du pont de saint -Nazaire, plus le traffic maritime augmente. Comme nous, ces navires profitent de la marée pour entrer ou sortir du port, il ne faut donc pas oublier de regarder régulièrement sur l’arrière de son bateau pour voir si un sablier ou un minéralier ne nous rattrape pas.

Si c’est la cas, passez à l’extérieur du chenal il y a suffisamment d’eau pour nous et le pilote vous en sera reconnaissant.

Personnellement, entre le pont de Saint Nazaire et la raffinerie, je reste dans la partie sud du chenal pour ne pas me retrouver entre ces immeubles de ferraille.

Pour plus de renseignements sur cette navigation, vous pouvez aussi lire la page dédiée à la navigation de plaisance du Grand Port maritime de Nantes Saint-Nazaire.

Les mises à l’eau

Plus d’une dizaine de cales de mise à l’eau jalonnent le parcours estuarien. Et sur vous avez besoin d’une grue pour mettre à l’eau 5 ports à sec sont présents sur toute la longueur pour cela. Enfin, il existe deux grues dédiées au mâtage/dématâge soit à Cordemais soit à nantes (ponton Belem). Il est donc très facile aujourd’hui de commencer ou terminer sa croisière par le fleuve royal.

La Loire et le tourisme nautique

Tout au long de ses 55 km, la Loire regorge de sites à voir ou à visiter depuis son parcours jusqu’au tourisme industriel.

le parcours estuaire

Une dizaine d’oeuvres d’artistes sont identifiables tout au long du parcours. Certaines sont faciles à trouver, d’autres s’intégrent à leur cadre au point de réclamer une attention particulière, enfin certaines tel le bateau mou m’amusent particulièrment. Ce parcours agrémentera votre premier voyage sur le Loire. Il y a aussi d’autres construction plus historique et qui rappellent l’hsitoire de la ville et de sa région.

a voir le long de la Loire

Parce qu’elle a permi le développement de la région ligérienne, les sites « industriels » sont nombreux. Depuis les chantiers de constrution de Saint-Nazaire où l’on peut encore voir le paquebot Celebrity Edge en construction jusqu’à l’écluse du canal Saint félix, voici quelques sites qui s’offrent à vous.

Ces sites industriels sont visibles depuis les rives du fleuve mais si avez du temps devant vous, allez visiter l’arrière pays ligérien, il regorge d’autres trésors tel que les construction hydrauliques misent en place par les cisterciens de l’abbaye de Buzay.

la faune ligérienne

La Loire est aussi qualifiée de fleuve sauvage car elle est peu équipé en ouvrage d’art pour contrôler les débits si bien qu’elle déborde tout les ans de son lit et envahit ses abords. ceci est particulièrment impressionnant à Angers ou en amont de Nantes. De ce fait, les abords restent sauvages et cela nous permet d’observer des animaux sauvages dans leur environnement naturel tel que les cigognes qui nichent dans la plaine en,tre Cordemais et Le Pellerin. Ceux qui auront la chance de faire ce voyage en début de journée n’oublieront pas ce spectacle de si tôt.

Nantes

Escale finale pour certains car ils seront limité par le tirant d’air de leur bateau ou éscale-étape pour les autres, la ville de Nantes se visite en quelques heures ou en quelques jours. Avant d’arriver au ponton Belem, vous passerez à la fois au pied de la maison natale de Jules Vernes et de la Vierge … que les marins saluaient avant de prendre la mer à l’époque de l’auteur de Vingt milles lieues sous les mers. La quartier des chantiers de construction ont été converti en esplanades abritant les machines de l’île avec l’éléphant ou le manège des mondes marins à visiter de jour et le hangar à Banane pour se remettre de sa navigation le soir.

Notre conseil: Cordemais

Le bras de Cordemais cache un petit joyau: le port de Cordemais. utilisé par les pécheurs de silure en hiver, les plaisanciers peuvent y faire escale l’été. C’estr un havre de calme et de paix. Le dépaysement est garanti, les commerces de proximité nombreux et à quelques minutes de marche du ponton. On peut même commander des pizzas au café du port. Si l’envie vous prend de prolonger la descente de la Loire avec une escale à Cordemais, Eric et ses amis de l’AUAPC se feront un plaisir de vous expliquer tout ce que vous pouvez faire chez eux et vous offrent les glaçons pour l’apéritif.

Attention, il existe un roche mal cartographiée à l’approche du ponton. Pour l’éviter, gardez le côté droit du chenal. Ne restez surtout pas dans l’axe du ponton: le piège est à 50 m environ.

Nous vous souhaitons une bonne navigation, L’équipe de mynoteboat.

Leave a comment

Sign in to post your comment or sign-up if you don't have any account.