une coque en construction (source shutterstock)

Coques en aluminium ou en polyester, quels sont les avantages et les inconvénients ?

Choisir le matériau de construction de la coque de son bateau est important. Aussi cela mérite d’envisager les avantages et inconvénients avant de retenir l’aluminium ou le polyester.<!–break–>

Publié avec l’aimable autorisation de Yatagan Expertise

L’aluminium :

Avantages :

Son grand intérêt est la légèreté par rapport à l’acier pour une résistance et une rigidité sensiblement identiques pour une même épaisseur. Les coques en aluminium sont solides : ces coques sont utilisées pour les navigateurs de grands voyages notamment ceux qui croisent les océans polaires. Métal on ferreux il ne rouille pas. Néanmoins mis à nu une mince couche d’alumine grisâtre le protège de la corrosion en ternissant sa teinte.

Inconvénients et préconisations :

L’aluminium est un matériau très conducteur. Il est vulnérable à l’électrolyse (corrosion galvanique et électrolytique), sous forme de piqures. La coque doit être bien isolée.
Pour les bateaux destinés à rester à flot à long terme, des précautions indispensables s’imposent :
– La carène doit être protégée par un système adéquat, avec une application au préalable d’un primaire d’accroche spécifique pour les coques Aluminium, avant de la recouvrir d’un antifouling compatible. Ces peintures peuvent être achetées chez les spécialistes shipchandler.
– Des anodes sacrifielles doivent être placées sous la coque en nombre suffisant (8 pour une longueur de coque de 10m), en zinc si eau de mer, en magnésium si eau douce, en aluminium pour une utilisation du bateau en utilisation fluviale et mer.
– Les équipements de navigation et les circuits électriques doivent être parfaitement isolés. De plus l’ensemble des pièces métalliques (moteur, pompes, vannes..) doivent être reliés à la terre du courant de quai.

Conseil pour mieux se protéger des courants de fuite : 

Afin de se prémunir en évitant d’être relié à la terre sur un catway, il y a lieu d’installer un isolateur galvanique. Ne pas oublier d’installer une tresse de masse entre la borne négative de la batterie et la coque Alu.

Soudure sous argon

De nombreux progrès  ont été réalisés par les chantiers qui construisent des coques alu, surtout dans les techniques de soudure sous argon. La technique dite « STRONGALL » permet des constructions simplifiées, très solides et rigides, très résistantes aux chocs.

Les soudeurs qualifiés sont difficiles  à trouver en cas de réparation.  (Ils doivent être certifiés). Ceci est particulièrement vrai lorsque l’on envisage de naviguer au long cours. 

Coût de construction

Concernant les tarifs, l’aluminium coute environ 20% plus cher que pour le polyester.

LES COQUES POLYESTER :

Les avantages :

Les matériaux composites sont constitués de résine souvent en polyester comme matrice et d’un renfort en fibre de verre. Recouverts de Gel Coat qui constitue la peau, ils sont faciles d’entretien, solide et léger.

Les inconvénients :

Leur durabilité est moyenne à cause de la dégradation chimique des résines. C’est le phénomène de l’osmose. L’eau finie par traverser le Gel Coat. Il cause des dommages à la résine dont les composants chimiques libèrent une substance acide. Cet acide exerce une pression sous le gel coat et fait apparaitre des cloques. La fibre de verre absorbe alors l’humidité comme une éponge. La matière est gorgée d’eau, elle se ramollie, se fragilise et pourrie.

Comment traiter l’osmose ?

L’osmose doit être traitée rapidement, la mise à nue du Gel Coat de la coque doit être réalisée. Des chantiers spécialisés utilisent principalement les techniques d’hydro gommage ou de rabotage.  Le processus dure environ 6 mois pour permettre à la coque d’expectorer l’acide.  Il est possible d’effectuer un traitement préventif contre l’osmose avec produits spécifiques, que ce soit à l’achat d’un bateau neuf ou d’une vielle coque.

Une question de goût ?

Le travail de l’acier, de l’aluminium, du bois ou du polyester est très différent. Certains ne jurent que par le rabot et l’herminette, d’autres ne sont jamais aussi à l’aise qu’avec une meuleuse et un poste de soudure à l’arc ou sous argon. Le travail des composites peut rebuter ou attirer, mélange des substances, temps de prise, travail à la spatule, chimie.  De même, l’esthétique et la finition diffère beaucoup entre un vaigrage en bois, un bolard en acier ou une barre à roue en carbone.  Si vous avez de l’attirance pour un univers plutôt que l’autre, choisissez aussi en fonction de vos goûts!

En conclusion

On peut donc estimer que dans le choix d’un bateau, la coque doit être adaptée à la zone de navigation. L’aluminium résistera plus à des voyages dans les glaces ou aux OFNI que du polyester. Mais la facilité de réparation, le prix sont aussi des facteurs déterminant pour réaliser son rêve : de construire  ou d’acheter son bateau. 

Leave a comment

Sign in to post your comment or sign-up if you don't have any account.