Comment hiverner en Nouvelle-Calédonie ?

Arrivée à Nouméa

Cet hiver il fera chaud à Nouméa

Au cours du salon nautique, nous avons eu la visite d’un plaisancier, Philippe, qui arrivait de loin et qui nous a gentiment fait remarquer que ce n’était pas possible d’hiverner son bateau à Nouméa.
Cette remarque m’a beaucoup fait réfléchir et en premier lieu sur le sens du mot hiverner. Mon amie madame Larousse m’a rappelé la définition de ce verbe que l’on peut résumer de la manière suivante: passer la mauvaise saison dans un lieu propice.

Comme Mikaël nous le rappelait ici même il y a quelques jours, il est raisonnable de protéger son bateau avec l’arrivée de l’automne et d’en profiter pour faire quelques travaux.
Notre petit bateau familial effectue sa transhumance annuelle de 30 km pour rejoindre un hangar dans lequel il passe l’hiver bien au « chaud ».
C’est sûr que pour Philippe, l’hiver est moins frais que sous nos latitudes et il peut alors paraître inutile de « protéger » son bateau des tempêtes hivernales.Pour autant la Nouvelle Calédonie connait aussi des changements de saison avec une période de cyclones et de pluies de décembre à avril.Bien que je n’ai pas encore posé mon pied sur les quais de Nouméa, je ne doute pas que les marins et autres plaisanciers de cet endroit paradisiaque mettent leurs bateaux à l’abri des vents dominants – qui sont d’Est là-bas.

Prendre du temps pour bien entretenir son bateau

Mais « l’hivernage » est aussi la période propice aux travaux, même si une partie de ceux-ci se fait au printemps car entretenir une bateau (voilier ou moteur) prend du temps. Si nous voulons le conserver en bon état il est important de bien faire les choses et d’y consacrer au minimum une quinzaine de jours, même dans une région ou l’on peut naviguer toute l’année.En effet, entre le traitement de la coque, l’entretien du moteur et les inspections que l’on ne peut entreprendre que quand il est sur un terre-plein, c’est un minimum.
Et si la météo nous joue des tours et que la loi de Murphy (celle de la tartine beurrée) y met son grain de sel, il vaut mieux avoir un bon pied de pilote pour ne pas finir ses travaux dans l’urgence.C’est pourquoi nous conseillons de laisser son bateau sur un terre-plein pendant 15 jours au minimum.
Je serai heureux de retrouver Philippe l’année prochaine et de discuter avec lui des trois semaines d’hivernage de son voilier à Nouméa pour faire toutes les opérations d’entretien nécessaire entre deux périodes de navigation.
En attendant cette rencontre, je profite de la fraicheur de l’hiver pour vous souhaiter, au nom de Bertrand, Isabelle, Mikaël et moi-même, un Joyeux Noël.

Bonne navigation,

Leave a comment

Sign in to post your comment or sign-up if you don't have any account.